Introduction

L’utilisation de l’EAD (Encoded Archival Description) pour encoder les descriptions de manuscrits et de documents d’archives s’est généralisée au cours de la décennie 2000-2010 dans les bibliothèques françaises. La Description Archivistique Encodée est aujourd’hui notamment utilisée dans les outils de production et de diffusion de la Bibliothèque nationale de France (PiXML/BnF Archives et Manuscrits), du réseau des établissements d’enseignement supérieur et de recherche (Calames) et du réseau des bibliothèques signalant leurs collections via le Catalogue collectif de France (TAPIR/CCFr).

L’EAD 2002 est un format très souple, qui offre des possibilités d’usage variées. Il est donc apparu nécessaire de fournir à toute personne appelée à travailler en bibliothèque sur des catalogues de manuscrits et archives un cadre d’utilisation garantissant, au niveau national et quel que soit le contexte de production (participation ou non à un réseau, utilisation d’un outil spécifique, etc.), la cohérence des données à des fins d’indexation, d’affichage et de recherche.

À l’initiative du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du ministère de la Culture, la rédaction du présent Guide des bonnes pratiques de l’EAD en bibliothèque a été confiée à un groupe de travail composé de professionnels des bibliothèques disposant d’une expertise dans la description des manuscrits et archives et/ou de l’EAD. Ce groupe a veillé à l’exploitation de l’EAD 2002 en conformité avec les recommandations ou normes existantes et a tenu compte, autant que faire se peut, de la diversité des documents rencontrés dans des fonds de manuscrits et d’archives.

Le Guide des Bonnes pratiques EAD en bibliothèque peut être consulté soit de manière linéaire, soit par accès aux différents éléments et attributs de l’EAD. Après quelques principes généraux introductifs (relation avec les normes de description de contenu, profondeur et précision des descriptions), le guide est organisé selon la structure de la description. Il donne, élément par élément, une définition de l’usage qui peut en être fait, les pratiques recommandées (ou déconseillées), des exemples d’application et des liens éventuels, tant vers des éléments connexes que vers les documents de référence (dictionnaires des balisesDeMArch, etc).

Print Friendly, PDF & Email