Historique de la garde des documents <custodhist>

Les informations relatives aux transferts successifs de propriété ou à tout autre événement (perte ou destruction partielles, dépôt,…) concernant la garde des documents décrits après leur création et avant leur entrée dans l’institution de conservation sont saisies dans l’élément Historique de la conservation <custodhist> Tag library : custodhist.

Bonne pratique

A l’intérieur de cet élément <custodhist>, on saisit les informations dans un ou plusieurs éléments Paragraphe <p>.

On indique dans <custodhist> l’existence de cotes antérieures à l’entrée de l’unité documentaire dans l’institution de conservation. Si ces cotes sont significatives pour la recherche, elles peuvent aussi être données avec les informations d’identification contenues dans l’élément Description et identification <did>, sous la forme <unitid type= »ancienne cote »>.

Les informations relatives à la production matérielle de l’unité documentaire décrite doivent être données dans les éléments Description physique <physdesc> et Présentation du contenu <scopecontent>.

Les informations relatives à l’entrée de l’unité documentaire décrite dans l’institution de conservation doivent être données dans l’élément Informations sur les modalités d’entrée <acqinfo>.


Exemples

1.
<custodhist>
    <p>Ce manuscrit a appartenu à <persname normal="Parran, A." role="390">A. Parran</persname> (cf. Bulletin Morgand, n° 41741), à <persname normal="Vrainville, H de." role="390">H. de Vrainville</persname> (Vente 1926, n° 125) et au <persname normal="Millot, Jacques (1897-1980)" role="390">Pr. Millot</persname> (Ex-libris, vente 1975 n° 19).</p>
</custodhist>
2.
<custodhist>
    <p>Après avoir été reçu en don, le manuscrit a été conservé dans les collections de l'<corpname normal="Abbaye de Saint-Germain-des-Prés (Paris)" role="390">Abbaye de Saint-Germain-des-Prés</corpname> jusqu'à la Révolution.</p>
</custodhist>
3.
<custodhist>
    <p>Les archives des sections et fédérations nationales et de province de la Ligue des droits de l'homme auraient été saisies en juin et novembre 1940 par la Gestapo. En 1941, elles auraient été envoyées à Berlin avant d’être transférées à Prague, à cause des bombardements. À la fin de la guerre, en 1945, ces archives sont retrouvées par un service de contre-espionnage de l’Armée Rouge. A l’été 1945, elles sont ensuite acheminées à Moscou, où en 1946, a été décidée la création des « Archives spéciales » pour les conserver sous la cote F LDH 14/40. Ces archives ont été restituées à la France en 2000 après la signature d'un accord diplomatique.</p>
</custodhist>
4. Exemple de collection dispersée : le collectionneur est alors mentionné dans <custodhist> plutôt que dans <origination> (ce qui serait le cas si la collection était entrée intacte dans son lieu de conservation actuel).

<custodhist>
    <p>Au f. 1, mention ms. du XVI<emph>e</emph> siècle : "Questo libro francesce lo possiede Jacobo et Francesco fratelli di Cribelli, figliouoli dil condamn Mgr Antonio et Bianca Cribelli" avec armoiries à la plume. Acheté par sir <persname normal="Phillipps, Thomas (1792-1872)" role="390">Thomas Phillipps</persname> au libraire <persname role="390">Thorpe</persname> (ancienne collection Philipps 4314)</p>
</custodhist>

Eléments EAD associés

acqinfo | custodhist | physdesc | scopecontent | unitid

Print Friendly, PDF & Email